Quelles sont les étapes de la restauration de parquet ?

Votre parquet a perdu tout de sa beauté juste parce qu’il est fatigué. Si vous souhaitez opérer un changement radical, il serait préférable d’en faire une rénovation. Comment pouvez-vous restaurer votre parquet ? On vous présente ici quelques étapes.

Faire un diagnostic général du parquet

Votre parquet est simplement terne ou sale ? Avez-vous constaté qu’il est abîmé ou détérioré ? De nombreuses imperfections telles que les trous, rayures, les traces et les grincements peuvent apparaître. Avant de commencer les travaux, il est donc important de faire appel à un professionnel. Celui-ci va passer au peigne fin l’état de votre parquet. En plus des problèmes constatés, il est possible qu’il relève une irrégularité de la planéité.

Ensuite, d’autres situations comme la présence des parasites peuvent nécessiter la rénovation ou le traitement du parquet. À l’issue de ces différents constats, l’artisan-parqueteur va établir un inventaire complet. Il va déterminer le type de restauration de parquet et déterminer aussi l’ampleur des travaux à effectuer.

Préparer le chantier et le sol

Un nettoyage en profondeur du sol doit-être fait pour permettre à votre parquet de recevoir les soins. Dans la préparation du chantier et du sol, certains points sont à surveiller. D’abord, vous devez vider entièrement la pièce concernée en faisant sortir tapis, plantes, mobilier, décoration au sol, etc. Enfoncez aussi tous les clous qui dépassent le parquet.

Ensuite, rebouchez tous les trous dans le parquet à l’aide de pâte à bois et faites remplacer les lames défectueuses. Vous avez bien la possibilité de colmater avec les flipots de parquet les écarts entre les lames. Les flipots de parquet sont de petites pièces de bois qui s’immiscent dans une fente et qui permettent de les camoufler.

Poncer le parquet

À cette étape de la restauration de votre parquet, vous devez savoir que le ponçage ne se fait pas sur tous les modèles de parquet. Elle s’effectue seulement sur les parquets semi-massifs, massifs et contrecollés. Ceux-ci sont habilités à recevoir ce traitement si et seulement si la couche d’usure n’a pas été trop affinée et altérée par les précédentes rénovations.

L’artisan-parqueteur commence son travail par le ponçage grâce à une ponceuse adéquate. Tous les défauts de planéités et souillures sont ainsi résorbés. Ceci vous permet d’obtenir une surface lisse et égale sans aspérités. En ce qui concerne les parquets très dégradés, l’artisan fera usage d’une ponceuse avec grain de 30 à 40 au premier passage et ensuite utilisera la main. Il devra aspirer tous les poussières et débris grâce à un aspirateur, puis nettoyer à l’eau.

Préparer le parquet

Une fois le ponçage fait, l’artisan applique une couche primaire (fond dur). C’est une étape capitale qui permet de durcir la surface, mais également de garantir une bonne accroche. Elle permet aussi de rendre le plancher homogène et de le lisser.

Faire la finition

Il existe généralement trois types de finitions. D’abord, vous pouvez opter pour le parquet à huile. Celle-ci se fait au rouleau ou à la brosse et confère au parquet un aspect naturel et authentique. Très facile à entretenir et à nettoyer, cette finition donne une bonne solidité aux passages fréquents et aux rayures.

Ensuite, vous disposez du parquet verni ou vitrifié qui permet de lutter efficacement contre les raies et les chocs. C’est une finition inodore qui s’étale à la brosse ou au rouleau. Enfin, vous pouvez opter pour le parquet ciré qui a une odeur agréable et reconnaissable. Il offre aussi une belle patine à votre parquet.

Il est souvent utilisé pour les passages peu fréquents et son application se fait avec une brosse souple ou un chiffon. En choisissant cette finition, il est important de savoir qu’il faut nécessairement trois couches pour avoir une bonne adhésion au sol avec le temps.

Auteur de l’article : Thomas Lerion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *