Comment construire les fondations d’un bâtiment ?

Sur un chantier, l’une des premières réalisations à faire repose sur la construction des fondations. Il s’agit même de la base de toute construction, car sans une fondation solide, le bâtiment ne tiendra pas longtemps. Ainsi, que vous soyez un chef chantier ou tout simplement curieux, il est important de bien connaître les différentes étapes dans le processus de construction des fondations. Comment faut-il procéder ?

Construire les fondations en prenant en compte le type de sol

Avant de commencer toute réalisation de fondation, le bon chef chantier doit obligatoirement procéder à une étude de sol. Sans une étude approfondie (analyse de la nature des sols, présence d’eau, étude des risques de gel, et d’autres risques en particulier), les fondations risquent d’être bâclées, et la maison pourrait s’écrouler. En effet, il y a des fondations adaptées à divers types de sols.

  • Les fondations superficielles : il s’agit de celles qui sont les plus utilisées pour les maisons individuelles. Cette catégorie de fondation est adaptée pour les sols de bonne qualité.
  • Les fondations semi-profondes : comme l’indique leur nom, elles sont généralement de profondeur équivalente à 5 ou 6 mètres en moyenne. Elles se font sur des pieux, ou des longrines.
  • Les fondations profondes : en fonction de la qualité du sol, ce type de fondation peut avoir une profondeur de 10 mètres environ.

Avant donc de passer aux différentes étapes des fondations, il faut d’abord connaître le sol sur lequel le travail se fera. Cela permet de mieux adapter le type de fondation.

Apprêter le terrain et décaisser la terre

Après une étude du sol, il faut avant tous travaux préparer ce dernier. Pour ce faire, il est conseillé de débroussailler le sol, et enlever les arbustes, les plantes ainsi que la broussaille. Une fois cette opération réalisée, vous devrez passer au décaissement de la terre. Il s’agit d’abord de faire un premier tracé des contours de la maison. Ensuite, il faut retirer environ 30 ou 40 cm de profondeur de terre.

Faire un deuxième tracé et établir le fond de fouille

Vous devez effectuer un tracé définitif de l’emplacement du bâtiment. À cet effet, les ouvriers se servent de piquets qu’ils implantent dans le sol et qu’ils relient au moyen de cordeaux. Une fois le traçage terminé, il est obligatoire de faire le fond de fouille. Il s’agit du creusement effectué pour implanter les fondations. Avant de commencer la fouille, il est nécessaire d’enlever la couche superficielle de la terre. Cette action permet d’atteindre un sol stable pour prévenir les risques de gel.

Coffrer et couler le béton de propreté

En matière de coffrage, il faut utiliser des planches de bois sciées qui peuvent être maintenues à l’aide de piquets. Ces derniers doivent être suffisamment épais et solides pour supporter le poids et la pression du béton.

Le coulage du béton est une étape cruciale. Dans ce cas, il est question de béton de propreté, car c’est la toute première couche à appliquer. Il doit faire une épaisseur de 5 à 10 cm et se faire sur le fond de fouille. Cette étape est un préalable à la mise en place des fondations sur une surface plane.

Installer le ferraillage, couler le béton et le lisser

Il faut installer le ferraillage au milieu des coffrages. Ensuite, les ouvriers doivent couler le béton proprement dit en une fois et ne pas le laisser sécher. Enfin, ils doivent profiter de son humidité pour le lisser et obtenir une surface plane.

Par ailleurs, il est important de pulvériser le béton à l’aide de produits de cure chimique afin que ce dernier ne s’assèche pas vite et crée des fissures.

Le séchage du béton dure environ 28 jours, soit 1 mois. Le décoffrage ne se fait qu’au terme de cette échéance.

Auteur de l’article : Mathys Mathon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *