Chaudronnier : un métier d’avenir

Pour les jeunes, le métier de chaudronnier n’est pas vraiment ce qu’on appelle « un job de rêve ». C’est pourquoi, sur le marché de l’emploi, les offres sont nombreuses mais rares sont les candidats. Vous êtes à la recherche d’un métier d’avenir ? Sachez que les chaudronniers sont très sollicités. Focus sur ce métier peu connu.

Le chaudronnier : un spécialiste de la transformation du métal

La principale mission du chaudronnier est la fabrication de pièces mécaniques pour les industries. Au quotidien, ce professionnel façonne les métaux principalement l’acier, le cuivre et l’aluminium pour qu’ils épousent parfaitement la forme souhaitée. Le métier de chaudronnier est donc avant tout un travail manuel. La précision et la rigueur sont requises tout au long du processus de fabrication de la pièce mécanique. Le travail du chaudronnier est souvent perçu comme pénible et usant. Tel n’est plus le cas. En effet, les ouvrages sont dorénavant fabriqués par des machines de pointe. L’intervention de l’homme est progressivement cantonnée dans la conception de la pièce métallique et le contrôle des machines. En France, il existe une multitude d’entreprises spécialisées dans l’activité de chaudronnerie comme l’établissement CTA MGA à Gazeran en Yvelines.

Un large choix de secteurs d’activité à exploiter

Le chaudronnier est avant tout un professionnel polyvalent. Des formations en amont relatives à la lecture de plan, la découpe, le pliage, le cintrage, l’emboutissage et la soudure vous permettront d’exceller dans votre travail. Les industries de pointe comme l’automobile, l’aéronautique, le secteur naval sont toujours à la recherche de main-d’œuvre qualifiée. Le chaudronnier peut évoluer dans toutes les industries qui se chargent de la fabrication d’ouvrages métalliques au sens large du terme. Ce professionnel peut aussi travailler dans une entreprise spécialisée dans l’usinage de pièces mécaniques, la tôlerie, etc. Si l’envie vous prend de travailler pour votre propre compte. Vous pouvez opter pour une reconversion dans la fabrication de menuiserie métallique. En effet, c’est deux métiers se rejoignent puisqu’il faut travailler l’acier pour créer des ouvrages spécifiques. C’est cette polyvalence qui fait qu’un chaudronnier peut exercer différents types de métier.

Les qualités et les formations requises pour exercer le métier

La chaudronnerie est avant tout un métier technique. Les jeunes qui veulent exercer cette activité doivent nécessairement avoir des bases solides. Sur le plan académique, il existe des formations spécifiques au métier de chaudronnier. Dès votre sortie du collège, vous pouvez préparer un CAP de deux ans spécialisé dans la réalisation industrielle en chaudronnerie ou en soudage. L’option A concerne la chaudronnerie tandis que l’option B est relative au soudage. Au bout de 3 années de formation, vous pouvez passer l’examen de Bac professionnel « technicien en chaudronnerie industrielle ». Il est possible de continuer la formation afin d’obtenir un Bac +2 conception et réalisation en chaudronnerie industrielle. Ce type de métier est surtout manuel. Les personnes qui aiment bricoler s’épanouiront dans ce secteur d’activité. La précision et la rigueur sont requises tout au long du processus de fabrication d’une pièce métallique. Le métier de chaudronnier implique également d’avoir de bonne condition physique. En effet, les travaux s’effectuent souvent debout dans des ateliers assez bruyants. Il est à noter que la numérisation envahit de plus en plus le secteur de la chaudronnerie. C’est pourquoi, les techniciens doivent se familiariser avec les outils informatiques comme le « Traçage Assisté par Ordinateur » et la « Conception Assistée par Ordinateur » (TAO et CAO).

La chaudronnerie, un pilier de l’industrialisation

Tout projet d’industrialisation implique en amont de faire appel à une entreprise de chaudronnerie. Or, fabriquer des pièces métalliques destinées aux machines nécessite un savoir-faire spécifique et un matériel de pointe. L’entreprise CTA MGA à Gazeran possède toutes les qualités requises pour l’usinage de pièces métalliques diverses.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.