Quelles formations suivre pour devenir chaudronnier ?

La chaudronnerie est une branche industrielle qui rassemble tous les acteurs des métaux : tuyauteurs, soudeurs, charpentiers, tôliers, etc. Cela consiste à réaliser des équipements en métaux destinés aux secteurs de l’agroalimentaire, de l’énergie, de la fabrication d’automobile, etc. Autrefois, la transformation des métaux en objets était l’apanage des artisans. Tout se faisait à la main, à l’aide d’une cisaille et d’un chalumeau. Mais avec l’évolution de la technologie et l’apparition de machines plus innovantes, cette activité fait désormais partie des industries de pointe. D’ailleurs, il s’agit d’un métier très évolutif et très promettant. Il n’est pas nécessaire de faire un grand investissement pour ouvrir son propre atelier. Néanmoins, il est indispensable de suivre une formation adaptée pour pouvoir exercer ce métier.

Comment devenir chaudronnier ?

La chaudronnerie est un métier qui n’attire pas vraiment les jeunes. Ils pensent que c’est un travail difficile qui demande une certaine force physique. Pourtant, c’est un métier très passionnant et souvent perçu comme un art. Les objets confectionnés ne sont pas seulement destinés aux secteurs industriels et aux chantiers de grande envergure. Un chaudronnier peut également travailler sur des objets que l’on peut utiliser dans notre quotidien. Plusieurs formations sont disponibles pour devenir un chaudronnier professionnel. Comme le métal constitue le cœur de votre activité, une connaissance approfondie des métaux et des alliages vous sera donc très indispensable. Vous pouvez suivre une formation CAP en réalisation industrielle accessible dès la classe de 3ème. Il est également possible de poursuivre quelques années de plus afin de préparer un bac professionnel technicien en outilleur ou en chaudronnerie industrielle. Une formation qui peut être complétée par une spécialisation dans la filière de chaudronnerie aéronautique et spatiale. Cette dernière est destinée aux professionnels déjà en activité. À la fin du cursus, un certificat de qualification paritaire de la métallurgie sera délivré. Ce métier requiert également du savoir-faire. En effet, pour réaliser un ouvrage, le chaudronnier peut parfois être amené à analyser un croquis. Ce qui nécessite un travail méticuleux. La manipulation des outils et des machines (pointilleuse, plieuse, etc.) demande également de la résistance physique et de la vigilance. Mais l’avantage avec ce métier est que le chaudronnier n’aura jamais à travailler seul, puisqu’il s’agit d’un travail d’équipe.

 

Est-il possible de réussir en tant que chaudronnier indépendant ?

La chaudronnerie est un métier spécialisé dans le travail des métaux. Le champ d’intervention d’un chaudronnier est très vaste et varie en fonction de sa spécialité. De ce fait, il peut travailler dans les petites chaudronneries qui sont destinées à la fabrication de produits comme des appareils électroménagers, des chaudières ou encore de la carrosserie pour automobile. Il est également possible de faire appel à un chaudronnier pour concevoir des montages sur-mesure ainsi que pour effectuer des travaux de maintenance et de dépannage. D’ailleurs, le métal est un matériau très plébiscité dans la décoration intérieure de nos jours. Il peut être utilisé dans la fabrication de meubles, d’objets décoratifs, de luminaires, etc. Si ce métier vous intéresse, vous pouvez exercer comme artisan chaudronnier. Vous pouvez ouvrir votre propre atelier, travailler seul ou engager des employés. A cet effet, l’auto-entrepreneur est le statut idéal pour vous. Vous n’êtes pas obligé d’investir dans l’achat de marchandises, de véhicules de services ni d’outillages importants. Le statut d’auto-entrepreneur n’impose pas non plus l’acquisition d’un local ou d’un bureau. Ce qui constitue un avantage, si vous souhaitez proposer des services à domicile. Toutefois, sachez que la chaudronnerie fait partie des activités considérées comme génératrices de pollution. D’ailleurs,, les ouvriers travaillant dans un atelier de chaudronnerie doivent obligatoirement porter des équipements adaptés pour se protéger des bruits et de la fumée générée. Le choix du matériel et la quantité de produits utilisés sont de ce fait soumis à la Législation des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement.

 

 

 

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *