Ouvrir un bar à fromages : peut-on s'installer comme auto-entrepreneur ?

Ouvrir un bar à fromages : peut-on s’installer comme auto-entrepreneur ?

Ce n’est pas pour rien que la France est considérée comme le pays des fromages. En effet, on compte, actuellement, environ 1 200 fromages dont 46 ont le privilège de profiter d’une appellation d’origine contrôlée, et 38 autres bénéficient d’une appellation d’origine protégée. La dernière statistique recense plus de 3 000 producteurs de fromage dans tout le territoire.

Avec la baguette et le vin, le fromage est ainsi un véritable symbole de la France. Il tient une place importante dans la gastronomie du pays, qui a une bonne réputation dans le monde. Le concept du bar à fromages est la meilleure façon de découvrir la France à travers le goût. On peut y goûter à n’importe quelle période de l’année, en saison chaude ou froide.

Qu’est-ce qu’un bar à fromages ?

Il s’agit d’un concept très récent, parce que les premiers bar à fromages apparaissent en 2014. Cela a débuté par un espace de dégustation derrière une crémerie-fromagerie, pour conquérir rapidement un grand public (des amateurs de fromages et des touristes). Les bars à fromages se répandent dans tout le territoire et ont même conquis d’autres pays comme la Grande-Bretagne.

L’assiette de fromages est servie, accompagnée d’autres produits comme du vin, de la bière, des fruits, des légumes ou du pain.

Le bar à fromages est un endroit convivial qui convient à toute la famille. Il devient même très addictif, avec l’introduction de bonnes charcuteries.

Ouvrir un bar à fromages peut-il être lucratif ?

Les Français sont les plus gros consommateurs de fromage au monde, avec 26,8 kilogrammes par habitant par an, au premier rang, depuis peu, avant les Grecs qui sont auparavant détenteur du record (un Grec en consomme en moyenne 25,4 kilogrammes).

Ouvrir un endroit qui permet aux consommateurs, friands de ce produit laitier, d’assouvir leur passion, est certainement rentable. La réussite repose surtout sur le choix de la localité où s’installer et la diversification des produits proposés aux clients.

Quelles sont les recommandations à suivre pour ouvrir un bar à fromages

Comme toute activité commerciale, si vous voulez vous lancer dans cette aventure, il faut passer par la réalisation d’un business plan : l’analyse du marché, la concurrence, la clientèle et ses besoins, le choix d’un endroit bien visible et fréquenté, à l’instar des bars à boissons. Évidemment, le financement, la promotion de l’entreprise et la fidélisation des clients ne seront pas à négliger.

Vous avez à gérer un établissement recevant un public (ERP), ainsi, vous devez prendre les mesures de sécurité et d’accessibilité y afférentes.

Comme vous vendez des produits alimentaires, vous devez respecter les normes sanitaires en vigueur, entre autres la propreté et la bonne condition de stockage.

Vous devez détenir une carte avec la liste des produits ainsi que leur prix respectif. La présence de produits allergènes dans le produit doit être indiquée.

Quelle est la qualification pour gérer un bar à fromages ?

Vous devez être titulaire d’un CAP-BEP crémier-fromager, d’un baccalauréat professionnel ou d’un diplôme délivré par des centres de formation d’apprentis (CFA) si vous êtes artisan (intervenant dans la fabrication du produit). Vous devez aussi être inscrit auprès de la Chambre des métiers et de l’Artisanat.

Une expérience de 3 ans en tant que dirigeant d’entreprise ou d’auto-entrepreneur permet d’ouvrir un bar à fromages. De même, vous devez vous inscrire auprès des services de la Chambre de Commerce et de l’Industrie.

Comment gérer un bar à fromages en tant qu’auto-entrepreneur ?

Le choix du statut juridique en tant qu’auto-entrepreneur est facilité depuis 2009. Il peut profiter d’un régime de micro-entreprise, un régime spécifique qui dépend du statut juridique d’une entreprise individuelle. Vous n’êtes pas obligé de constituer un capital financier du fait qu’il n’y a pas de patrimoine spécifique appartenant à l’entreprise.

En tant qu’auto-entrepreneur, vous payez, seulement à la première année de la création de votre entreprise, l’impôt sur les bénéfices. Pour les années restantes, vous faites une déclaration du chiffre d’affaires et payez un pourcentage fixe sur l’IR (impôt sur le revenu), un avantage non-négligeable.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.