obtenir le label fait maison

Restaurant : comment obtenir le label fait maison ?

De nos jours, la qualité des plats devient une priorité absolue pour les consommateurs. De ce fait, les restaurateurs se sont équipés de plusieurs labels, afin d’attirer et d’orienter les clients vers l’achat. L’un des labels les plus importants pour les restaurants est le « fait maison ». Mais comment l’obtenir ? De quoi s’agit-il ? Et quels sont ses avantages ?

Le label « fait maison » : c’est quoi au juste ?

Le « fait maison » a généralement pour objectif de renforcer l’information des clients sur tous les plats préparés par le restaurant. Il permet également de les informer sur l’origine des produits bruts utilisés lors de la préparation. Cela permet donc de rassurer les consommateurs des produits alimentaires et des plats qu’ils consomment sur place.

Le label « fait maison » s’applique principalement à tous les établissements de restauration, tels que les restaurants rapides, traditionnels, de chaînes et les traiteurs. Mais il concerne aussi les marchés couverts, les stands éphémères et les marchés en plein air. En revanche, les cantines scolaires, les cafétérias et les autres établissements de restaurations collectives n’en sont pas concernés.

Obtenir le label « fait maison » : quelles sont les conditions ?

Pour faire simple, il n’existe aucune démarche administrative à effectuer pour l’obtention du label « fait maison ».

Néanmoins, il y a des conditions à respecter, comme :

Les conditions de préparation

Premièrement, tous les plats doivent obligatoirement être cuisinés sur place. Deuxièmement, les produits alimentaires utilisés doivent être frais, congelés ou sous vide. Troisièmement, les produits fumés ou salés peuvent être utilisés durant la préparation des plats. Quatrièmement, les plats éligibles à ce label ne doivent pas contenir d’autres assaisonnements ni d’autres aliments transformés.

Pour votre information, seuls les plats non-éligibles au label « fait maison » peuvent être transformés et cuisinés ailleurs. En outre, les seuls aliments transformés acceptés lors de la préparation des produits bruts sont : le sucre, le chocolat, l’alcool, la levure, le café, le lait, les céréales, la crème fraîche, le fromage, la farine, les sauces, les fruits secs et les confits, le pain, les sirops, les thés, les infusions et les tisanes.

Les conditions de goût et de qualité

Les plats qui respectent le label « fait maison » se distinguent avant tout par sa qualité et son goût. En effet, une cuisine préparée à base de produits alimentaires bruts est plus succulente et plus savoureuse que les plats transformés. Cela est généralement dû au fait que les produits bruts frais conservent l’intégralité de leurs vitamines, ainsi que de leurs arômes.

De plus, les plats éligibles au label « fait maison » ne doivent, en aucun cas, contenir des ingrédients ajoutés, comme les conservateurs ou les additifs. Pourquoi ? Ces éléments gâchent l’authenticité et la saveur naturelle des plats.

Quels sont les avantages d’obtenir un label « fait maison » ?

De nos jours, les aliments « santé » sont de plus en plus prisés dans les habitudes de consommation. C’est d’ailleurs, pour cette raison que les restaurants ayant un label « fait maison » connaissent un vrai succès dans leur domaine.

En outre, ce label permet à un traiteur ou à un restaurateur :

    • De fidéliser les consommateurs ;
    • D’attirer de nouveaux consommateurs ;
    • De justifier les prix ;
    • D’augmenter le chiffre d’affaires ;
    • De booster la réputation du restaurant.

Il est important de mentionner que le label « fait maison » vise à respecter l’environnement, tout en garantissant la qualité des plats préparés. En d’autres mots, c’est un atout nécessaire pour à la fois pour satisfaire les consommateurs exigeants et pour se démarquer de la concurrence.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.