Pourquoi choisir le dallage pour revêtir votre sol ?

Un dallage est un ouvrage en béton posé généralement sur le sol. Il est surtout fait pour que votre maison s’adapte au terrain. Dans cet article, vous pouvez connaître sa constitution, son installation, ses avantages et ses inconvénients.

La constitution d’un dallage

Comme tout ensemble, le dallage se décompose en 3 parties :

    • le support : constitué du sol et de couche de forme recouverts de film de polyéthylène de 200 microns ;

Pour obtenir cette couche de forme ou plate-forme compacte, il faut concasser ou broyer du sable et des granulats. Le film recouvrant ce mélange est parfois déconseillé pour diverses raisons : présence de réservoir d’eau ou aggravation du soulèvement du dallage.

    • le corps du dallage : appelé aussi l’ouvrage en béton ou béton armé ;

Des fois, nous sommes toujours face à plusieurs choix que nous n’arrivons plus à décider sur lequel opter. Entre un béton ordinaire et un béton autonivelant, il faut savoir ce qui est le mieux adapté à votre terrain. Pour en arriver là, les conseils d’un professionnel vous seraient utiles.

    • le revêtement éventuel : il peut être une simple chape de ciment ou de pierres ;

Bien entendu, ce n’est pas n’importe quelle pierre que vous pouvez utiliser en matière de revêtement. Il est souvent difficile de faire le choix entre pierre reconstituée et pierre naturelle.

Mais pour que votre installation tienne en place, il faut bien choisir vos joints. Il existe d’ailleurs différents joints comme : les joints de rupture ou d’isolement et de dilatation ( pour les dallages non couverts ) réalisés sur toute l’épaisseur du dallage, les joints de construction ou arrêts de collage ( créés à force de refaire le dallage plusieurs fois ) ainsi que les joints de retrait ( réalisés sur environ 1/3 du dallage et tous les 5 à 6m dans chaque direction ).

L’installation du dallage

Pour que le travail soit garanti, ,il vaut mieux le confier à un spécialiste de la maçonnerie. C’est l’une des solutions rassurantes pour que l’installation de votre dallage ne soit pas un échec. De plus, la construction ou la rénovation de vos revêtements de sol demande une certaine expérience et une vigilance accrue. Les travaux de dallage sont d’ailleurs assez compliqués puisqu’il y aura plusieurs étapes à suivre et à ne pas sauter. Il faut d’abord commencer par le décapage de la terre végétale ( au moins 30 cm d’épaisseur ), puis la fondation du dallage ( 20 cm d’épaisseur au minimum ) au moyen d’une « forme » ( mélange de gravier, de sable et de granulats ) suivie de la pose d’une couche de sable pour obtenir une surface plane. Ensuite, l’emplacement des canalisations avec un dénivelé de 2 cm par mètre. Un isolant thermique de 12 cm d’épaisseur doit également être placé sur la surface de sable. En fin, la réalisation de la dalle en béton pour supporter les charges et recueillir les futurs revêtements.

Les avantages d’un dallage

En matière de couverture du sol, le dallage est très avantageux. En effet, la dalle en béton possède un excellent pouvoir d’étanchéité. Grace à sa résistance et sa solidité, elle peut supporter tous les charges (mur, meubles, personne, etc. ). Cependant, il faut veiller aussi à l’esthétique de votre habitation. Par ailleurs, elle pourra aussi servir comme couverture de toiture.

Les inconvénients d’un dallage

La dalle en pierre est un matériau très coûteux. Par ailleurs, elle est lourde. Par conséquent, elle est déconseillée pour le revêtement d’une surface dont le support n’est pas résistant notamment à l’étage. En effet, cette tentative pourra endommager tous vos travaux de construction et vous obligera à dépenser plus pour la réparation des dégâts.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.