Ce qu’il faut savoir sur le béton autonivelant

Comparé au béton ordinaire, l’autonivélant est plus facile à utiliser du fait de ses propriétés. Le béton autonivelant appelé aussi BAN est très fluide, homogène et se compacte sans vibration. Il s’écoule ainsi facilement avec l’aide de la gravité. Ce type de matériau est idéal pour construire des fondations superficielles comme les semelles filantes et les dalles sur terre-plein ou de compression. Découvrez ci-après les consignes à respecter et les étapes à suivre pour réussir le coulage du BAN.

  • Les caractéristiques et les mesures à prendre lors du coulage

Étant donné la fluidité du béton autonivelant, il est très pratique pour réaliser des ouvrages de diverses formes et solidement ferrailler.

Le BAN a également une propriété mécanique qui résiste bien à la compression et assure ainsi la solidité de la construction.

Une certaine cohésion et stabilité doit être respectée lors de la mise en œuvre du béton autonivelant jusqu`à son durcissement.

Des précautions sont ainsi de mises, comme le fait que les travaux ne doivent pas se faire durant la saison de pluie ou que les surfaces avec pentes de 1 % ne sont pas conseillées pour faire le coulage.

La fluidité du BAN oblige également à prévoir des coffrages bien étanches et résistants aux pressions de l’autonivelant.

Au niveau de la manipulation de ce type de matériau, il n’est pas conseillé de faire vibrer ni de mélanger le BAN avec de l’eau ou d’autre produit. Ces derniers peuvent altérer sa composition d’origine après que celui-ci ait été fabriqué dans une centrale à béton puis livré sur le chantier. Lors du transport de l’autonivelant, il faut aussi vérifier qu’il a été bien remalaxé.

Au moment de l’usage des pompes, de la toupie, il faut respecter à ce que la hauteur de la chute du béton soit limiter.

  • Les procédures à suivre pour faire les différentes réalisations
  • Pour les fondations superficielles

Recourir aux servicesdes spécialistes du béton comme la société POLY BÉTON est conseillée pour faire la construction d’un ouvrage. Les professionnels ont les techniques et les équipements adaptés pour faire le coulage.

Lors des travaux, il est nécessaire d’utiliser une raclette pour l’écoulement afin d’atteindre un niveau exigé en tous points. La distance parcourue par le béton durant le coulage doit être de 10 m maximum, et cela pour le cas d’un fond uniforme et bien plat. Il faut également que le béton de propreté ait une épaisseur d’au moins 4 cm afin d’avoir une bonne planéité.

  • Pour les dallages sur terre-plein

Avant de commencer les travaux, il faut que le sol soit bien décapé, compacté et nivelé. Procédez ensuite au siphonnage des eaux stagnantes avant de placer un film plastique comme le polyane (150 microns minimum) sur la surface de votre futur dallage.

À l’aide d’une bande de rives de 5 mm, faites la désolidarisation des éléments verticaux et procédez au coulage du BAN en le répartissant sur toute les parties.

L’usage d’une raclette est primordial pour que le béton atteigne le niveau souhaité.

Pour finir, placez la barre de direction, en vous déplaçons en reculons et pulvérisez la surface de façon uniforme avec un produit de cure.

  • Pour les poteaux, poutres ou linteaux

Du fait de la fluidité du BAN, il faut que le coffrage soit bien étanche et résistant aux pressions.

Afin d’assurer la qualité du travail, utilisez une huile de démoulage pour la pulvérisation de l’ensemble du coffrage et puis nettoyez les excédents d’huile avec un chiffon.

Enfin, procédez au coulage, nivelez la surface du béton et appliquez un produit de cure NF sur les parties non coffrées.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.