Réussir l’isolation acoustique d’un parquet massif : étapes à suivre

L’isolation acoustique du plancher est très importante dans votre logement si vous ne tenez pas à avoir une maison bruyante qui dérange les voisins du dessous. Mais, les bruits du sol sont assez difficiles à réduire et la manière de le faire varie en fonction du type d’insonorisation. Découvrez ici les étapes à suivre dans ces deux cas.

L’insonorisation acoustique d’un plancher massif à neuf

Il est bien plus facile de réaliser l’insonorisation de votre plancher lors de la construction de votre maison plutôt qu’après. Lorsque vous êtes en construction ou que vous vous apprêtez à le faire, l’insonorisation de votre plancher massif pourra se faire grâce à la réalisation d’une Chappe flottante. Elle est utilisée afin d’isoler les bruits d’impacts et les bruits aériens et peut être utilisée sur un plancher léger comme massif.

Sa réalisation est un processus assez complexe et délicat. L’état de la chape conditionnera tout le design de votre logement, il vous faut donc une bonne connaissance en maçonnerie ou en isolation. Il est donc préférable de faire appel à un expert possédant toutes les compétences requises pour ce travail. Après avoir rempli toutes ces conditions, vous pouvez vous y mettre.

D’abord, vérifiez si la surface est planée et dans le cas contraire, coulez une Chappe de ravoirage afin d’éliminer toutes imperfections du sol initial. Placez ensuite un isolant afin de séparer la Chappe et son support et ajoutez un film en polyéthylène ou polyane sur l’isolant. Mettez après des bandes de désolidarisation de préférence en matière-choc afin d’avoir une bonne étanchéité entre la Chappe et l’isolant.

Enfin, coulez la Chappe le plus simplement possible. Après avoir réalisé l’isolation acoustique de votre logement lors de la construction, vous pourrez avoir un plancher massif magnifique. De plus, les habitants des pièces en dessous n’auront pas du tout à se plaindre des bruits de pas.

L’insonorisation d’un plancher massif en rénovation

Assurer l’insonorisation acoustique de votre logement en rénovation est un peu plus complexe et délicat. Si vous ne voulez pas vous engager dans des travaux conséquents et beaucoup trop coûteux, appliquez une sous-couche. Cette méthode consiste à insérer un matériau résilient comme le liège ou autre matériau adapté à l’isolation acoustique, entre la dalle de base et le plancher.

La sous-couche doit être bien placée de sorte à éviter les chevauchements sur toute la surface. Collez un joint mousse périphérique sur tout le pourtour de la pièce. Rabattez-le ensuite sous la plinthe. Cela permet d’éviter que les cloisons soient touchées par le revêtement de sol. Les plinthes doivent aussi être obligatoirement désolidarisées du revêtement de sol. L’épaisseur de la sous-couche influe sur le degré d’isolation acoustique.

En effet, plus la couche est épaisse, plus elle sera en mesure d’atténuer les bruits de chocs ou de pas. L’inconvénient de cette méthode réside dans le fait que le plancher sera sûrement plus élevé de quelques centimètres. Il vous faudra peut-être adapter la taille des portes en fonction de cela. De même, vous serez dans l’incapacité de profiter de l’aspect de votre plancher massif équipé. Il existe toutefois d’autres possibilités pour résoudre ce problème.

Si vous êtes le propriétaire de la pièce ou du logement en dessous, vous pouvez décider de mettre un faux plafond dans la pièce du bas. Grâce à cette astuce, l’isolant sera placé sous le plancher, mais la pièce du bas perdra quelques centimètres de hauteur. Il faudra donc d’abord s’assurer que la pièce du bas a une bonne hauteur pour mieux effectuer la soustraction. Vous pouvez toutefois demander la permission au voisin du dessous qui pourrait mieux vous aider.

Auteur de l’article : Thomas Lerion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *