Quelles sont les différentes techniques de pose de parquet ?

Cela remonte à plusieurs années que le parquet s’est fait une place aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de nos appartements. Le matériau étant en mesure de se décliner dans différents rendus sans perdre sa résistance, il peut être posé dans plusieurs endroits, que ce soit sur une terrasse, à l’intérieur d’une pièce à fort passage ou encore au niveau d’une pièce humide. Connaissez-vous les différentes techniques de pose de parquet qui existent ? Cet article vous les fait découvrir.

La pose clouée

En pose clouée, la fixation du parquet se fait sur des lambourdes placées sur le sol de façon parallèle entre elles. Ensuite, les lames du parquet sont clouées dessus de façon perpendiculaire. Pour que la pose soit parfaite, il faut qu’il y ait un espace de 30 à 40 cm entre les lambourdes. Ces dernières doivent aussi être à niveau afin de permettre au parquet final d’être droit. Il est conseillé, pour cela, d’utiliser des cales en bois ou du plâtre. L’objectif, c’est que toutes les lambourdes se retrouvent à hauteur égale pour la réception des lames de parquet.

Dans le cas où vous souhaitez confier la pose de votre parquet à un professionnel, vous pouvez vous appuyer sur une entreprise comme Pied et Perraud. Il s’agit d’une société qui est en place depuis quelques années et qui saura vous rendre un service à la hauteur de vos attentes.

La pose flottante

Le parquet flottant se révèle comme étant un des plus populaires. Il peut facilement être posé seul, notamment quand il s’agit de la version à clipser. Il est conseillé, avant l’entame de la pose, de s’assurer que le sol est d’une bonne qualité. En effet, pour que vous ne soyez pas contraint à défaire la pose après, il est recommandé de faire le nécessaire pour avoir une surface de pose propre et plane. De même, veillez à ce que le support ait une isolation phonique de bonne qualité.

Pour procéder à l’optimisation de l’isolation sonore, vous pouvez vous appuyer sur des lames de parquet flottant pourvues d’une sous-couche d’isolant intégrée de façon directe. Dans le cas où l’isolation sonore n’a pas besoin d’être optimisée, il vous suffira de composer avec un rouleau d’isolant.

Notez que la pose du parquet flottant doit se faire dans le sens de la lumière. Cela veut dire que les lames doivent avoir une position perpendiculaire vis-à-vis de la fenêtre par laquelle la lumière du jour entre.

La pose collée

Comme l’indique son nom, la pose du parquet collé se fait au-dessus d’une dalle de colle. La réalisation de cette pose a besoin de rigueur au niveau de la rapidité d’exécution parce qu’il faut que la colle ait encore de l’humidité au moment où les lames sont appliquées. Vous devez également veiller à ce que celles-ci aient une symétrie parfaite. Dès que les lames vont être bien positionnées, vous aurez juste à appuyer sur les sillons pour exercer une pression afin que chaque lame ait sa surface entière aspergée par la colle. Vous pouvez choisir de vous servir d’un maillet pour sécuriser la pression.

Le parquet collé a des lames qui disposent de cales aidant à procéder à l’emboîtement des lames entre elles. Dans le cas où il y a des résidus de colle, il n’y a pas de quoi paniquer. Vous pouvez vous servir d’un chiffon avec de l’eau ou de l’acétone pour retirer la colle si elle est encore fraîche. Si la colle est sèche, il vous faudra un léger ponçage pour la supprimer.

Il est conseillé que vous conserviez une marge de sécurité nommée « joint de dilatation ». Celle-ci doit être de 8 mm au niveau des contours de la pièce afin que le parquet se positionne de façon naturelle en séchant.

Auteur de l’article : Thomas Lerion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *