Fiche métier d'un maréchal-ferrant

Fiche métier d’un maréchal-ferrant

Saviez-vous que la filière « Cheval » n’évoque pas uniquement un sport ou une passion ? En effet, vous pouvez faire de votre passion un métier. Cette filière est aujourd’hui une profession en constante évolution, car plusieurs possibilités sont possibles, notamment le poste de gestionnaire de centre équestre, d’accompagnateur de tourisme équestre ou même de maréchal-ferrant.

Le métier de maréchal-ferrant est pratiqué depuis plus de 2.000 ans. Mais les exerçants se font rares. On peut dire que le domaine n’est pas évident et demande une certaine polyvalence. D’ailleurs, on constate 1.600 maréchaux-ferrants seulement dans toute la France depuis 2007.

Description du poste et missions

Entrer dans le monde des chevaux ne signifie pas uniquement promenade ou courses à chevaux. Le domaine équestre demande bien plus d’exigences. En une simple définition, un maréchal-ferrant est une personne qui s’occupe des chevaux, particulièrement, de ses pattes. Un maréchal-ferrant est avant tout artisan car effectivement, ce métier est classé dans le secteur artisanal. C’est un métier très physique. Il consiste à ferrer les pattes des chevaux et à prendre soin de ces derniers. Le maréchal-ferrant peut travailler en tant que salarié ou en indépendant . Bien évidemment, les écuries sont ses lieux de pratique.

  • Il est chargé de concevoir lui-même les fers dans les sabots du cheval :

Les sabots des chevaux s’assemblent principalement par un fer dont le but est de le protéger. Ces fers sont forgés par le maréchal-ferrant grâce à ses outils tels le rogne-pied (pour tailler les excès de cornes du pied), le dérivoir (pour dériver les rivets), les pinces (pour river, écarter et sonder) et le brochoir (marteau pour frapper et arracher les clous). Il aura également besoin d’une enclume et d’une forge à gaz. À ce stade, le maréchal-ferrant est aussi forgeron.

  • Il est l’ami des chevaux :

Il collabore étroitement avec les vétérinaires. Le cœur de son métier consiste à protéger et à entretenir les chevaux. Il ne conçoit pas uniquement les fers des sabots, mais il les pose également. Ici, sa mission est d’établir une certaine relation amicale avec les chevaux pour obtenir leur confiance. En outre, il est chargé de veiller sur l’état de santé général des chevaux, des poneys et des ânes.

Remarque : un maréchal-ferrant est artisan, forgeron et vétérinaire d’où la polyvalence exigée dans la pratique du métier.

Quelles sont les compétences requises pour devenir maréchal-ferrant ?

Étant mentionné plus haut, le métier de maréchal-ferrant est très physique et requiert un maximum de compétences et de connaissances pour le pratiquer. La passion en tant que telle n’est pas suffisante ,il faut aussi approfondir ce que l’on exerce. Par ce faire, trois mots d’ordre :artisanat, forgerie et médecine. Il ne s’agit pas uniquement de diplôme en doctorat animalier, il est question de tout donner dans le soin d’une vie : le cheval. Pour devenir maréchal-ferrant, il faut :

  • Avoir une connaissance importante sur l’anatomie du cheval. Ainsi, il sera facile d’établir directement un diagnostic concernant ses maladies ou ses problèmes d’aplomb.
  • Disposer d’un minimum de connaissance en forgerie. Cette pratique exige un œil précis et une certaine rigueur. Ainsi, le fer sera parfaitement ajusté aux sabots de l’animal. Dans la mesure où un maréchal-ferrant ne connaît pas les techniques de forgerie, il faudra apprendre. Forger lui-même ses fers l’évitera d’en acheter pour ensuite les réajuster.
  • Être patient, attentif et tendre envers les chevaux. Un maréchal-ferrant doit se passionner pour son métier. Qui dit passion dit amour et motivation de pratiquer. Il doit également posséder un certain charisme et une influence autoritaire auprès des animaux pour pouvoir les contrôler, les dresser sans les faire souffrir. Il doit se faire respecter par les chevaux.
  • Avoir de bonnes conditions physiques. Comme nous l’avons remarqué précédemment, ce métier requiert une excellente capacité physique car le maréchal-ferrant travaillera à dos courbé pendant des heures à forger, à s’occuper des pattes du cheval ou de son entretien général. Il pourra également rencontrer quelques difficultés si le cheval se montre peu coopératif.
  • Être disponible à tout moment. Comme un vétérinaire, un maréchal-ferrant se doit de gérer son temps de disponibilité pour des cas urgents telles les fourbures.

Quelles formations ou quels diplômes doit-il avoir ?

Plusieurs diplômes et/ou formations permettent de devenir maréchal-ferrant, notamment :

  • Le CAPA ou Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole.
  • Le BEPA ou Brevet d’Études Professionnelles Agricole.
  • Le BTM ou Brevet Technique des Métiers (études orthopédistes).

Quelle sont les possibilités d’évolution de carrière ?

Effectivement, il y a une possibilité d’évolution dans le métier de maréchal-ferrant. Il peut travailler en étant salarié mais aussi à son propre compte. Par ailleurs, il peut créer sa propre entreprise de maréchalerie après, au moins 5 années d’expertise. En outre, il pourra enrichir ses connaissances en devenant orthopédiste équin.

Qu’en est-il pour les salaires ?

Travaillant en tant que salarié, un maréchal-ferrant est payé entre 1430 à 1500 euros par mois (salaire débutant). À son propre compte, il peut gagner 80 à 100 euros à chaque intervention.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.