Isoler des combles habitables : ce que vous devez savoir

Il n’y a pas moyen de la contourner : si votre maison se trouve dans une région froide, la garder au chaud en hiver peut vous coûter cher. Et c’est d’autant plus valable lorsqu’il s’agit des combles habitables. Bien sûr, vous pouvez baisser le thermostat et vous habituer à porter des pulls à l’intérieur pour réduire les coûts de chauffage. Mais l’isoler adéquatement est l’un des moyens les plus simples de limiter votre facture. C’est un projet de bricolage auquel vous pouvez vous attaquer en un week-end. Et les économies que vous réaliserez s’additionnent chaque année. Des combles correctement isolés peuvent réduire de 10 à 50 % votre facture de chauffage. De même, en été, cela vous aide à stabiliser la température intérieure et pour mieux contrôler les besoins de refroidissement.

Coûts d’isolation des combles habitables

En France, l’isolation de combles habitables peut coûter entre 20 et 50 € le m². Les principaux facteurs qui influent sur le coût sont :

– Le type et le matériau d’isolation

– La surface de la pièce à isoler

– Les honoraires de l’entrepreneur

Sachez que si vous devez isoler autour de boîtiers électriques ou de câbles, l’assistance d’un électricien peut également être nécessaire dans le cadre du processus.

Le type et le matériau d’isolation

Pour l’isolation de combles habitables, vous avez deux options en matière d’isolant : en vrac ou en matelas. Les deux peuvent être ajoutés aux greniers non isolés ou superposés au matériau existant. Une fois que vous avez décidé quel type d’isolant vous convient le mieux, examinez les options en termes de matériaux ainsi que leur prix pour choisir le bon produit.

Les isolants en vrac

Les fibres isolantes sont emballées dans des sacs et soufflées à la profondeur et à la densité souhaitées à l’aide de machines spéciales que vous pouvez louer auprès des professionnels. Vous pouvez verser l’isolant et l’étaler manuellement, mais le processus demande beaucoup plus de travail et les résultats ne seront pas aussi bons.

Ce type d’isolant fonctionne mieux pour les :

  • greniers avec espacement irrégulier ou non standard des solives
  • greniers avec beaucoup d’obstacles
  • greniers où il y a de l’isolant existant à couvrir, car il remplit bien les interstices et les joints
  • greniers à faible dégagement avec hauteur limitée pour les manœuvres lors de l’installation

Options de matériau isolant :

  • Fibre de verre : faite de verre recyclé ou sable fondu et filé en fibres. Plus léger que la cellulose ou la laine minérale, ce matériau se détache plus facilement. Vous devez donc mettre une couche plus épaisse pour obtenir la protection dont vous avez besoin.
  • Cellulose : composée de fibres de papier recyclé post-consommation traitées pour résister aux insectes et au feu. C’est le matériau soufflé le plus couramment utilisé, mais il peut pourrir et moisir s’il est exposé à l’humidité.
  • Laine minérale : faite de fibres de roche ou scories recyclées de hauts fourneaux. Elle offre une résistance naturelle au feu, mais coûte plus cher que les autres matériaux en vrac.

Les isolants en matelas

Ce type d’isolant flexible est le plus souvent emballé en rouleaux de différentes épaisseurs et largeurs pour s’adapter aux solives et aux montants de la charpente. Ils sont livrés avec ou sans revêtement en papier ou en aluminium qui agit comme un pare-vapeur. Vous ajoutez une ou plusieurs couches pour obtenir le niveau d’isolation souhaité.

Les isolants en matelas fonctionnent mieux pour les :

  • greniers avec espacement standard des solives, en particulier ceux sans isolation
  • greniers avec peu d’obstacles
  • greniers avec une hauteur suffisante pour les manœuvres lors de l’installation

Options de matériau isolant :

  • Fibre de verre : faite de verre recyclé ou de sable fondu et filé en fibres. Elles sont couramment utilisée et peu coûteuse, mais les fibres peuvent irriter les poumons et la peau.
  • Cellulose : faite de fibres de papier recyclé post-consommation traitées pour résister aux insectes et au feu. Elle n’irrite pas les poumons ni la peau, mais le produit est fabriqué par un nombre limité de fabricants.
  • Laine minérale : faite de fibres de roche ou scories recyclées de hauts fourneaux. Elle est naturellement résistante au feu, mais est plus chère que les autres matériaux.
  • Coton : fait de fibres de tissu denim recyclé. Il bloque le flux d’air et la transmission du son, mais coûte aussi plus cher.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *