FAQ sur l’emboutissage

L’emboutissage est une technique de fabrication permettant d’obtenir un objet dont la forme n’est pas développable à partir d’une feuille de tôle plane et mince. Ce procédé de fabrication est fortement utilisé dans le domaine de l’industrie automobile et dans l’électroménager. Donc, pour transformer ces feuilles de tôles, une température est exigée pour que la tôle ne se déforme pas et pour qu’elle prenne la forme désirée par le constructeur. Ainsi, nous allons nous focaliser sur l’emboutissage à chaud.

Quelle est la particularité de l’emboutissage ?

Lors de l’emboutissage à chaud, des matériaux légers sont durcis et renforcés pour former les pièces nécessaires. L’emboutissage à chaud, le formage des métaux et l’emboutissage des métaux sont principalement utilisés dans l’industrie automobile pour transformer des pièces en acier ou en aluminium en pièces automobiles. Ceux-ci incluent des composants structurels tels que les portes, les cadres, les couvertures, les montants pour un véhicule. Les effecteurs finaux sont conçus et construits pour entrer en contact, maintenir et manipuler l’acier et/ou l’aluminium qui peuvent être insérés ou placés dans divers types de fours d’estampage à chaud pour chauffer les matériaux à plus de 900 degrés Celsius et retirer les estampes chaudes du four et les placer à l’endroit nécessaire.

Quels sont les types de fours d’emboutissage à chaud ?

Il existe principalement deux types de fours pour effectuer l’emboutissage à chaud. On peut distinguer les fours de trempage et les fours à étages. Pour embouter la tôle, elle est saisie, puis placée dans le four de trempage. Un convoyeur prend le relai lorsqu’elle y est introduite et cette dernière déplace la pièce pour que la température agisse sur la tôle. Après ce procédé, des préhenseurs placent les matériaux chauffés dans une matrice pour l’emboutissage. C’est à ce moment qu’un fluide est introduit dans la matrice afin de refroidir la pièce avant sa sortie.

Quels sont les outils nécessaires ?

L’emboutissage est réalisé à l’aide de poinçonneuses de grande puissance équipées d’outils spéciaux. Il se compose en principe de trois parties : une matrice creuse qui suit la forme de la pièce ; une matrice supérieure gaufrée, qui suit sa forme interne tout en préservant l’épaisseur de la tôle. Il y a aussi le serre-flan autour du poinçon, contre le périmètre de la matrice, qui sert à caler la feuille lors de l’application du poinçon.
Des joints sont parfois utilisés pour ralentir le glissement de la tôle et maintenir l’acier.
L’entrée de la matrice doit être très arrondie et polie pour éviter la déchirure du métal.

Quelles sont les étapes de l’emboutissage ?

Une opération d’emboutissage typique comporte cinq étapes.
Étape 1 : le poinçon et le serre-flan sont relevés. Une feuille pré-graissée est placée sur le moule.
Étape 2 : le serre-flan est abaissé et une pression définie est appliquée pour maintenir la feuille tout en la laissant glisser.
Étape 3 : le poinçon descend et déforme plastiquement la feuille en pressant la feuille contre le fond de la matrice.
Étape 4 : le poinçon et le serre-flan sont soulevés pour que la pièce conserve la forme obtenue (au-delà de la limite élastique).
Étape 5 : il s’agit du « dégrossissage » de la pièce, c’est-à-dire l’élimination des pièces devenues inutiles, essentiellement les pièces qui sont rattrapées par le serre-flan.

Quels sont les avantages de l’emboutissage ?

La qualité de la pièce obtenue est nettement supérieure à celle des pièces obtenues par d’autres procédés de transformation, car il n’y a pas de rajout de composant vu qu’elle est composée de matières brutes. Un autre avantage est qu’elle ne demande pas un coût élevé lors du polissage et les travaux de finition sont moins importants.
Il est également à noter que l’esthétique de la pièce est très satisfaisante et elle est durable.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.