Désamianter un toit : est-il possible de le faire soi-même ?

Désamianter un toit : est-il possible de le faire soi-même ?

L’amiante est un produit qui présente assez de dangers pour la santé.  Le toit en fibrociment doit alors faire objet de désamiantage, afin de protéger aussi bien l’homme que l’environnement. Faire le désamiantage nécessite des précautions. C’est pourquoi il est préférable de confier cette tâche à un expert que de la faire soi-même. Cet article vous en parle davantage.

Doit-on désamianter soi-même un toit ?

Bien qu’il soit possible de désamianter soi-même le toit de son logement, il est préférable de contacter un spécialiste du désamiantage pour qu’il le fasse. Ceci, pour des raisons de sécurité et autres.

Quand faut-il le faire soi-même ?

Il existe en général plusieurs types d’amiantes. Ce paramètre fait que les méthodes de désamiantage diffèrent. Vous pouvez vous-même désamianter l’amiante-ciment, c’est-à-dire celui qui est solide. Dès que vous aurez remarqué que les fibres se détachent des plaques ou que ces dernières ont l’air abimées, par précaution faites recours à un professionnel.

Pourquoi un spécialiste du désamiantage ?

Lorsque le toit est en mauvais état, il libère de la poussière remplie de particules d’amiante. L’inhalation de ces particules peut avoir de graves répercussions sur la santé. Le fibrociment, la matière de base qui sert à fabriquer l’amiante, est en effet nocif pour la santé.

Le spécialiste du désamiantage, avant de réaliser ses travaux, prend des précautions nécessaires. Grâce à son expertise, il fait un diagnostic pour trouver la solution idéale, afin de se débarrasser des déchets contenant lesdits produits nocifs.

Le spécialiste vous garantit un travail de qualité, et ce, en un temps record. Cet état de choses vous permet alors de gagner du temps dans la réalisation de vos travaux.

Comment désamianter un toit ?

Selon le cas, un expert peut soit faire un diagnostic ou non avant de démarrer les travaux. Lorsqu’il le fait, c’est pour trouver la méthode de désamiantages adaptée à la situation à laquelle il fait face.

Procédé à un diagnostic

Il est important de faire un diagnostic, afin de trouver le niveau de dangerosité de la toiture.  Pour toutes les habitations ayant obtenu un permis de construire, le diagnostic est obligatoire.  La fonction principale de celui-ci consiste à orienter vers une méthode de désamiantage spécifique. Il pourrait s’agir alors du désamiantage par remplacement ou du désamiantage par confinement. Il faut noter que le diagnostic peut nécessiter l’utilisation d’autres méthodes de travail.

Choisir une méthode de désamiantage

Le désamiantage peut conduire soit à un simple confinement ou à un remplacement total de la toiture.

  • Désamiantage par confinement : ce procédé consiste à recouvrir le toit d’un produit, qui empêchera l’amiante qu’il contient de se disperser. Il s’agit de la méthode de confinement, pas d’encapsulage. La toiture sera par la suite protégée par des panneaux pour consolider la neutralisation de l’amiante. Ceci, afin d’empêcher que l’air ou l’eau ne véhiculent les poudres d’amiante.
  • Désamiantage par remplacement intégral : lorsque le toit est vraiment dans un état très dégradé, la seule solution existante consiste à procéder à son remplacement intégral. Cette opération est couteuse. Elle est trop longue et demande assez de moyens.

Lors de la réalisation de ces différentes tâches, la zone de sécurité du chantier doit être délimitée. Pour faire la manipulation des produits, il est nécessaire de se protéger aussi.

Équipement indispensable

La manipulation de tout type de toit, qu’il soit infecté ou non, se doit d’être faite avec des gants de protection et des lunettes. Ces éléments doivent répondre aux normes et exigences de sécurité. L’on doit également mettre un masque de protection certifiée P3.

En tout, il est possible de changer soi-même son toit d’amiante, à condition que ce dernier soit vraiment dégradé. Tout en prenant des mesures de sécurité. Au cas où il le serait, contacter un expert en désamiantage est la solution idéale.

Auteur de l’article : Thomas Lerion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.