Comment ravaler une façade en pierre ?

Comment ravaler une façade en pierre ?

Aujourd’hui, la plupart des maçons ne prennent pas le temps de façonner la pierre afin de reproduire une pièce de rechange pour un bâtiment historique (et peu sont correctement formés pour le faire). Au lieu de cela, ils ont tendance à s’appuyer sur des composés de ragréage et des agents colorants, ce qui entraîne généralement des nuances et des textures incompatibles. Ces types de réparations échouent souvent à l’interface entre le composé de ragréage et le matériau d’origine.

De telles réparations à court terme sont non seulement plus coûteuses, mais elles endommagent souvent le bâtiment. Lorsque le patch s’effrite en quelques années, il entraîne invariablement avec lui une pierre d’origine. Un remède plus permanent consiste à enlever une pierre endommagée et à en façonner une autre pour l’adapter à la cavité. C’est une réparation qui, bien que chronophage, peut être facilement entreprise par un propriétaire bricoleur. Lorsqu’il s’agit de ravaler les façades de bâtiments en pierre, il y a beaucoup à dire sur le fait de faire le travail soi-même.

Ravaler une façade en pierre en quelques étapes

1. Évaluez les dégâts

Réparer uniquement ce qui est nécessaire permet non seulement de réduire le budget, mais aussi de préserver autant que possible la structure du bâtiment d’origine. Une bonne règle de base est que toute pierre endommagée ou en ruine, usée d’un centimètre ou plus, ou avec de gros morceaux manquants, est disgracieuse et doit être remplacée. Le défi est de décider où s’arrêter.

Si la pierre individuelle est grande, mais que la partie endommagée est relativement petite, vous pouvez retirer uniquement la partie détériorée et insérer une nouvelle pièce dans l’ancienne avec le plus petit joint possible. Une fois que vous avez effectué des réparations sur toutes les surfaces de pierre gravement écaillées ou en ruine, il devient alors une question de jugement quant à la façon de traiter les autres imperfections mineures. Ici, vous voudrez adopter l’approche la moins intrusive possible. En d’autres termes, s’il n’est pas cassé ou trop endommagé, laissez-le tranquille.

Si les travaux s’avèrent conséquents et semblent au-delà de vos compétences, faites appel à ravaleur professionnel.

2. Trouvez une correspondance

Une étape importante dans tout travail de ravalement de pierre consiste à sélectionner une pièce de rechange appropriée. La pierre des bâtiments historiques provient généralement d’une carrière locale ou régionale, alors commencez par contacter les revendeurs de fournitures de maçonnerie de votre région. S’ils n’ont pas de pierre appropriée disponible, visitez les carrières locales, où vous trouverez des pierres similaires concassées pour en faire du gravier. Comme pour la peinture de façade, il s’agit d’harmoniser l’ensemble du revêtement.

3. Retirez la pierre endommagée

Utilisez une scie circulaire ou une meuleuse d’angle munie d’une lame diamantée pour couper la pierre, mais pas le joint de mortier. Enlever le joint à la main avec un ciseau à dents. Enlevez la pierre en suivant des directions rectilignes avec un ciseau à lame plate, puis commencez à nettoyer la surface avec un ciseau à pointe.

4. Coupez la nouvelle pierre

Utilisez une scie à lame diamantée et une meuleuse pour obtenir la forme approximative et la profondeur de la nouvelle pierre, en mesurant pour correspondre à la cavité avec 3/8ème pour le mortier. N’oubliez pas qu’en plus de la profondeur finale, votre pierre de remplacement aura besoin d’un tampon supplémentaire, car une partie de la surface de la nouvelle unité sera ciselée lorsque vous créerez la texture sur la face de la pierre.

5. Travaillez la surface

Une fois le bloc rectangulaire coupé pour s’adapter aux dimensions brutes de la cavité murale, l’étape suivante consiste à reproduire la texture des unités d’origine. Il existe de nombreuses surfaces différentes en pierre. Trois ciseaux de base (lame plate, pointe et dent) feront l’affaire pour n’importe quelle texture que vous rencontrez. Reportez-vous toujours aux détails de la surface du mur d’origine, sa texture, sa bordure et ses dimensions de mortier, pour guider votre travail.

Dans le cas où vous décidez d’embaucher un professionnel, veillez à vérifier si votre prestataire est bien certifié.

Auteur de l’article : Martine Dimbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.